Portrait d'un panafricaniste: Prince Kum'a Ndumbe III

Rebecca Tickle


"J’ai la certitude qu’après cinq siècles de déshumanisation, l’Afrique accouchera d’un trésor !"


Le professeur Kum'a Ndumbe III, un véritable bâtisseur de ponts culturels, consacre sa vie à la promotion de la paix, par des relations plus équitables et plus respectueuses entre l'Afrique et l'Europe. Toute son énergie est vouée au progrès et à la réhabilitation de l'Afrique, de sa culture et de son histoire.

Né à Douala au Cameroun dans une famille royale, il n'a que 15 ans quand il part en Allemagne faire ses études. Il s'établit ensuite en France pour se spécialiser. En possession d'un doctorat en Histoire, en Sciences politiques et en Etudes Germaniques de L'université de Lyon, il consacre sa thèse au programme nazi pour le développement de l'Afrique, un sujet très mal connu. Sa publication sera d'ailleurs longtemps interdite en Allemagne.

Après ses études, il enseigne à l'université de Lyon II et à l'Université Catholique de Lyon pendant plusieurs années, avant de retourner au Cameroun en 1979. A Yaoundé il occupe la chaire des Etudes Germaniques de 1980 à 1987. En 1989 il devient chargé d'enseignement à la Faculté des Sciences politiques à l'Université libre de Berlin, spécialisé en politique africaine de développement de l'Allemagne d'après-guerre. Depuis, il donne régulièrement des cours à Berlin.

Prince Kum'a Ndumbe III investigue un bon nombre de thèmatiques au cours de ses recherches. Il s'intéresse particulièrement aux théories de l'idéologie raciale, à la politique de colonisation, à la politique africaine et allemande, aux mouvements de résistance africains, aux relations euro-africaines, à la démocratisation, la coopération au développement, la prévention et résolution de conflits, ainsi qu'à la renaissance africaine, sujets sur lesquels il a d'ailleurs abondamment écrit.

Entre 1993 et 1999, Prince Kum'a Ndumbe III travaille comme consultant pour diverses institutions allemandes de démocratisation et de prévention de conflit. L'évaluation et les recommandations qu'il établit sur la prévention de conflit au Rwanda pour GTZ (Coopération Technique Allemande), constitue une de ses principales analyses dans le domaine.

Sa vaste expérience en tant que professeur et de chercheur mise à part, il a également publié plus de trente œuvres non-scientifiques en tant que poète et écrivain, en douala, en allemand et en français.

Il préside l'Association Camerounaise des Ecrivains (APEC) de 1981 à 1991, et siège comme vice-président de l'Association des Ecrivains d'Afrique Centrale de 1985 à 1991. Il est membre du conseil d'administration de l'Association des Droits d'auteurs à Yaoundé depuis 2002.

Depuis 2002 également, il vit et travaille en permanence au Cameroun, et consacre la plupart de son temps et son énergie à l'œuvre de sa vie - AfricAvenir.

AfricAvenir, une fondation non-gouvernementale et sans but lucratif, est créée par le Professeur Kum'a Ndumbe III en 1990. Il en est le directeur aujourd'hui. Sa mission est de promouvoir le développement, la coopération internationale et la paix. Son siège, à Bonabéri, Douala, au Cameroun, se concentre avec son antenne à Berlin essentiellement sur l'encouragement des échanges entre l'Afrique et le reste du monde.

AfricAvenir cherche à cultiver une renaissance africaine, ancrant le développement de l'Afrique dans la réalité quotidienne et dans la culture de l'africain. La notion de réinvention et la reconstruction du continent africain selon les priorités et les valeurs traditionnelles africaines est essentielle dans cette démarche.

La fondation cherche globalement à promouvoir les projets de développement venant de l'intérieur, à restaurer une conscience et une fierté culturelle et historique africaine, et cherche avant tout à réduire la dépendance extérieure du Cameroun et de l'Afrique.

AfricAvenir est pionnière dans les débats sur la démocratisation, l'éducation civique et la prévention des conflits au Cameroun. Depuis le début de son existence, de nombreuses conférences et forums de discussion ont déjà été organisés, ainsi que des tables rondes et des séminaires, notamment sur les thèmes tels qu'élections et relations interethniques, démocratie et décentralisation, et conflits religieux.

La force de cette fondation est d'avoir la possibilité de s'engager dans des discussions générales, et de pouvoir en même temps intégrer les éléments utiles dans l'environnement et les réalités locales. Les animateurs sont quotidiennement en lien avec la population, dans un rôle d'information, de dialogue et d'éducation.

Malgré une concentration sur le développement endogène, AfricAvenir maintient une grande ouverture envers le reste du monde, encourageant les échanges professionnels et éducatifs, afin de créer une perspective de destin collectif si urgemment sollicité dans un monde de plus en plus global.


Toujours très actif, une liste de ses publications, discours et autres interventions publiques se trouve ici

Posts les plus consultés de ce blog

RCA: Que veulent les adeptes de la non-paix?

13 septembre 1958, au Cameroun de la France

Le pionnier Mpodol