Côte d'Ivoire: L'autre débat

Rebecca Tickle

Le débat de savoir qui a gagné/pas gagné les élections en Côte d'Ivoire, en mettant en avant certains arguments et en omettant d'autres tout aussi convainquant, ainsi que les analyses soi-disant scientifiques du mécanisme électoral en Côte d'Ivoire est déjà dépassé depuis belle lurette.
L'autre débat aujourd'hui est de savoir qui est le plus apte à mener la lutte contre l'occupation politico-économique du continent africain. Car il faut bien appeler un chat un chat, et il s'agit aujourd'hui de savoir ce que l'Homme africain veut pour son continent. 
Tout le long de l'année 2010, les Africains eux-mêmes se sont lamentés sur le fait que l'Afrique n'était pas la moindre indépendante, et sur le fait que la colonisation continuait de plus belle depuis 50 ans, avec ses exactions en tout genre. D'autres se sont lamentés que les Africains eux-même étaient les vrais ennemis de l'Afrique. D'autres encore se sont révolté sur la question du franc CFA, esclavage monétaire de l'Afrique et instrument néocolonial de la Françafrique.
Mais aujourd'hui nous assistons non pas aux attaques de Ouattara contre Gbagbo. Nous assistons aux attaques de la France contre Gbagbo! Quelle curiosité..... La France se comporte bel et bien en patron dans la crise ivoirienne aujourd'hui...!

Qui peut encore penser que la France, les Etats-Unis, la CEDEAO et l'ONU mettent la pression sur Gbagbo pour les beaux yeux de Ouattara, ou mieux, pour promouvoir la démocratie en Afrique.....................
Ouattara s'est effacé de la scène politique depuis plusieurs jours, il n'a aucun pouvoir sans la France et consort. Même certains intellectuels, jadis en faveur de Ouattara, ont commencé à comprendre et à changer de camp. Le coup des médias diabolisateurs ne marche plus bien, alors on invoque de vagues violations de droits de l'homme, une volonté délibérée de tuer. La diabolisation de Gbagbo perd du terrain.
De mettre Ouattara au pouvoir en Côte d'Ivoire, c'est très clairement de donner le pouvoir à la France, et donner à la France le plein loisir de continuer sa main mise sur la Côte d'Ivoire, par extension sur l'Afrique francophone et sur ses ressources naturelles. Et l'acharnement de la France contre Gbagbo prouve bel et bien qu'en perdant la Côte d'Ivoire, la France sait qu'elle risque fort de perdre la Françafrique....!
Bien sûr que Wade, Gnassingbé et Compaoré entre autres soutiennent le départ de Gbagbo à travers la CEDEAO. Ils craignent pour leur peau tout simplement et surtout pour leur place à la mangeoire. Compaoré tente par tous les moyens de faire bonne figure, mais les Africains ne peuvent jamais oublier qu'il est l'assassin de Thomas Sankara avec l'aide de la France il y a à peine 23 ans. Gnassingbé a volé le siège présidentiel en détournant les votes des togolais en 2005 d'abord, ensuite en 2010, avec le soutien et ensuite la bénédiction de la France. Ce ne sont que deux exemples de valets françafricains, payés pour le travail de trahison de leurs semblables, pour que la France et ses collègues puissent tranquillement continuer à piller les ressources africaines. 
La plupart des dirigeants des pays africains francophones sont illégitimes, à force de fraudes électorales de tous bords, et les peuples africains le savent parfaitement. Pourquoi les soutenir aujourd'hui dans leur volonté de détruire le premier véritable mouvement d'émancipation depuis 1960!?
Et si l'Afrique refusait le développement se demandait Axelle Kabou en 1991! Provocation à la sortie du livre, réalité fort probable en 2010! 
« Ainsi, l’enfant africain, qui, avant sa scolarisation, fait preuve d’une grande curiosité et montre de remarquables capacités d’observation et d’invention en fabriquant lui-même ses jouets, devient, dès les premiers jours d’école, une sorte de petit veau nourri au lait de la traite négrière, de la résistance à la colonisation, et, en grandissant, ne reste que cela. » 

Quand le petit veau devenu boeuf comprendra-t-il......!?

Posts les plus consultés de ce blog

RCA: Que veulent les adeptes de la non-paix?

13 septembre 1958, au Cameroun de la France

Le pionnier Mpodol